• Tous les conseils pour créer, développer et protéger votre activité, un Blog proposé par HISCOX

Slasher – 4 conseils pour convaincre votre patron d’accepter et intégrer la pluriactivité

La pluriactivité séduit de plus en plus de Français. Un sur trois serait prêt à mener deux activités salariées en parallèle selon une étude opinion way. Etes-vous prêt à devenir « slasher » ? Notre partenaire XXE, la plateforme freelance sans intermédiaire qui a lancé il y a quelques mois le premier service de prestation minute pour les slashers, partage avec vous ses conseils pour convaincre votre patron.

Qui sont les slashers ?

Slasher, Kesako ?

Un slasher est une personne qui cumule plusieurs activités en parallèle, ils seraient 4 millions en France*. Autrefois considéré comme subi, le slashing est aujourd’hui un choix assumé. Pour ceux qui le pratique, il s’agit bien souvent d’un moyen de s’épanouir, gagner en indépendance mais aussi en compétences. Il peut s’agir de métiers très éloignés l’un de l’autre, informaticien la semaine et fromager le weekend, comme d’un prolongement d’une activité salariée en complément de revenu.

Quel statut pour les slashers ?

Les slashers marchent sur le fil entre CDI et indépendance. Ainsi, ils cumulent plusieurs statuts : salarié, freelance, entrepreneur… Une bonne dose d’organisation est donc nécessaire pour s’y retrouver dans les avantages, mais surtout les contretemps fiscaux et administratifs de ces différents statuts juridiques. Le mieux est d’avoir un statut micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) sur le côté pour pouvoir jouir librement de sa seconde vie de slasher.

Dernier frein à cette révolution du monde du travail, certaines entreprises restent encore frileuses pour embaucher des slashers ou accepter une seconde activité indépendante de la part de leurs salariés. Dans ce cas si vous souhaitez vous lancer, vous devez d’abord relire votre contrat de travail à l’embauche, qui n’exige pas forcément d’exclusivité dans l’entreprise. Il suffit donc de ne pas faire une activité concurrente à votre entreprise pour pouvoir exercer. Et ensuite soit vous menez votre activité sans en informer votre entreprise si elle n’interfère jamais à votre travail, soit vous êtes transparent et vous essayez de le convaincre du bienfondé de cette double activité !

4 conseils pour convaincre votre patron d’accepter et intégrer la pluriactivité

1. Combattre les idées reçues

Certains managers préfèrent ne pas embaucher de slasher par crainte d’un manque de motivation et d’engagement pour l’entreprise dans laquelle elle serait salariée.  Au contraire ! Être pluriactif, c’est justement être plus engagé, plus compétent et plus créatif.

2. Une occasion de développer la formation en entreprise.

Le développement des compétences fait partie des attentes principales des salariés. S’appuyer sur des membres de l’organisation, experts dans leurs domaines est un excellent catalyseur de mouvement afin d’élargir la palette de compétences des collaborateurs. La promotion de l’expertise des salariés par la formation est également un signal fort envoyé aux équipes : on se soucie de vos carrières et de votre évolution.

3. Montrez-vous exemplaire

Pour convaincre un employeur récalcitrant, on montre sa bonne foi et on donne des garanties (pas de concurrence déloyale, pas de prospection sur le « territoire » de l’entreprise). Il est également nécessaire de prouver que votre seconde activité n’aura pas d’impact sur votre quotidien de salarié en entreprise. Restez irréprochable sur vos horaires contractuels et les rendus attendus.

4. Valorisez les synergies

La pluriactivité peut constituer une réelle opportunité pour l’entreprise, de nombreuses synergies peuvent être développées entre l’expérience en freelance et le travail effectif réalisé en entreprise. Votre seconde activité deviendra ainsi un atout pour votre employeur plutôt qu’une contrainte.

Pour aller plus loin, téléchargez le livre-blanc « Demain… tous experts, tous indépendants ? » par notre partenaire XXE.

Le conseil Hiscox.

Slasher, votre responsabilité peut être mise en cause dans le cadre de votre activité. En effet, une prestation à faible coût peut vous coûter très cher. Pensez à choisir votre assurance responsabilité professionnelle auprès d’un assureur qui comprenne votre métier pour un règlement rapide de vos litiges.

 

*https://www.salonsme.com/telechargements/Salon-SME16-Infographie_Slashers.pdf

Noter l’article

Partager votre vote !


  • Fascinated
  • Happy
  • Sad
  • Angry
  • Bored
  • Afraid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + 1 =


-+

Parlez-nous de vous

Faites-nous part de vos commentaires sur le site ou partagez avec nous l’histoire de votre entreprise.