• Tous les conseils pour créer, développer et protéger votre activité, un Blog proposé par HISCOX

Qonto : l’alternative bancaire pour entrepreneurs et startups

Parmi les entrepreneurs et les startups, combien sont satisfaits par leur banque ? Alexandre Prot et Steve Anavi, déçus par les services de leur banque, ont décidé de créer Qonto, une solution de gestion financière pour les entreprises et les startups. Découvrez leur startup !

Bonjour Alexandre, quel est le concept de Qonto ?

Qonto est l’alternative bancaire pour les entrepreneurs et les startups.
 Notre solution fluidifie la gestion financière des entreprises grâce à une interface intuitive et des procédures simplifiées. Concrètement, il est possible pour une entreprise d’ouvrir un compte courant en 5 minutes, d’obtenir un IBAN instantanément et de commander des cartes de paiement pour toute une équipe, le tout en ligne et en quelques clics.
 Aujourd’hui, les entrepreneurs ont besoin d’un service réactif, moderne, adapté à leurs besoins, avec une tarification simple et transparente, et c’est exactement ce que propose Qonto.

Quand est-ce que votre service sera disponible ? Quelles sont les perspectives de développement de Qonto dans les prochains mois ?

Une version bêta va être lancée début mars en collaboration avec un nombre restreint d’utilisateurs. Notre lancement public devrait intervenir dans le courant du mois d’avril. Dans un premier temps, le service sera accessible aux entreprises immatriculées en France – SAS, SASU, SARL, EURL, Affaires Personnelles, Professions Libérales et Micro-Entreprises -.

Par la suite, le développement de Qonto devrait être orienté vers l’ouverture du service aux associations, le lancement de notre API publique, les intégrations avec les outils SaaS et Fintech qui simplifient la vie des entrepreneurs (outils de comptabilité en ligne, par exemple). Des projets d’internationalisation pourraient être envisagés en fin d’année.

Quand et comment l’entreprise a été fondée ?

Steve Anavi et moi-même avons fondé la startup Smokio en 2014 – il s’agissait d’une cigarette électronique connectée. Lors de cette première expérience entrepreneuriale, nous avons été extrêmement frustrés par la relation avec notre banque, tant par la qualité du service client, que par les outils et les processus en place : des procédures longues, une interface de banque en ligne archaïque, un conseiller qui changeait très fréquemment, des courriers ou des fax à envoyer régulièrement et une tarification opaque.

Lorsque l’entreprise a été rachetée en 2016, l’idée de Qonto est venue de façon assez naturelle : nous voulions montrer aux entrepreneurs qu’une autre expérience bancaire était possible. Nous avons donc rapidement construit une équipe et rencontré des investisseurs pour lancer ce nouveau projet.

Comment avez-vous trouvé des financements / investisseurs ?

Trouver des investisseurs, ce n’est pas seulement lever des fonds, c’est surtout s’entourer de celles qui ont l’expertise nécessaire pour accompagner votre projet.
 Dans le cas de Qonto, notre levée d’amorçage a permis de répondre à ces besoins : nous avons pu obtenir les financements nécessaires à la constitution de notre équipe et au développement du produit, tout en bénéficiant de leur expertise.

Les fonds de capital risque Valar Ventures – créé par Peter Thiel, fondateur de PayPal – et Alven Capital – qui a notamment investi dans Stripe et Drivy – ont participé au tour de table et étaient des partenaires “naturels” pour nous.
Par ailleurs, nous nous sommes entourés d’experts dans le domaine de la fintech et des SaaS et nous bénéficions aujourd’hui des conseils de Dominique Vidal (partner à Index Ventures), Céline Lazorthes (Fondatrice de MangoPay et Leetchi.com) et Frédéric Potter (fondateur de Netatmo), pour ne citer qu’eux.

Vous vous présentez comme une réelle alternative à la banque. Avec pour objectif d’uberiser ce secteur ?

Nous ne nous battons pas contre les banques, mais plutôt pour les entrepreneurs. “L’uberisation” d’un secteur ne naît pas de la seule volonté d’un acteur, il s’agit d’un mouvement collectif.
 Si, comme nous le pensons, les startups et les petites entreprises estiment que les banques traditionnelles ne répondent pas à leurs besoins, alors il est possible que des solutions comme Qonto soient plébiscitées et que le secteur bancaire connaisse un profond changement.

Quels conseils donneriez-vous aux startups pour gérer leur cash et leur finance ?

Une bonne gestion financière passe par des décisions avisées.
 Lorsque l’on crée une startup, il faut savoir prioriser ses dépenses, garder le contrôle du budget et investir à bon escient. Pour cela, un suivi régulier et des analyses pertinentes sont obligatoires : observer le rythme des dépenses, calculer combien de temps il est possible de tenir avec la trésorerie actuelle, optimiser les coûts, etc.
 L’enjeu réside dans l’équilibre entre un développement rapide et une maîtrise des budgets. Un des dangers pour les startups à forte croissance consiste à dépenser trop rapidement les fonds levés. Le choix des outils et des partenaires est également primordial : une banque ou un expert-comptable qui n’est pas habitué à travailler sur les besoins spécifiques aux startups peut faire perdre un temps précieux aux entrepreneurs.

Et pour décrocher des financements, le banquier est-il pour vous toujours le meilleur moyen ? (ou d’autres types comme crowdfunding, business angels…)

Chaque type de financement est différent et définir le “meilleur” d’entre eux dépend souvent du projet que l’on souhaite développer.
 Un banquier est susceptible de vous faire profiter de son expérience à une échelle locale, le crowdfunding présente l’opportunité de vérifier l’intérêt suscité par votre produit, par exemple. Pour des projets de grande envergure et/ou avec une forte composante technologique, tels que Qonto, les fonds de capital-risque et les business angels sont souvent plus à mêmes d’accompagner le développement de l’entreprise, par leur capacité d’investissement, leur réseau et leur expertise.

Merci Alexandre !

Le conseil Hiscox :

Entrepreneurs, peu importe votre cœur de métier, vous ferez face à des risques. Nous avons une assurance sur-mesure pour vous ! Découvrez toutes les informations sur nos RC Pro.

Noter l’article

Partager votre vote !


  • Fascinated
  • Happy
  • Sad
  • Angry
  • Bored
  • Afraid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + 7 =


-+

Parlez-nous de vous

Faites-nous part de vos commentaires sur le site ou partagez avec nous l’histoire de votre entreprise.