• Tous les conseils pour créer, développer et protéger votre activité, un Blog proposé par HISCOX

Etre mompreneur, c’est possible ?! Comment allier parentalité et entrepreneuriat ?

C’est la grande question que bon nombre d’auto-entrepreneurs et freelance se pose. Lorsque l’on travaille à son compte, il est en effet difficile d’envisager un arrêt de travail. Entre le risque de perdre ses clients et celui de perdre ses revenus, ceux qui souhaitent être parents – et plus particulièrement celles qui souhaitent être mères – réfléchissent souvent à deux fois. Mais, tous les futurs parents ont des droits et la parentalité n’est pas réservée aux salarié(e)s. Car selon l’Insee, en 2016, 40% des entreprises individuelles ont été créées par des femmes. On estime également que 30% des freelances seraient des femmes ! Le « congé maternité unique » qui verra le jour en 2019 devra notamment offrir une véritable égalité entre les salariées et non-salariées. Mais même aujourd’hui, il est possible d’être parents en travaillant à son compte. D’ailleurs, Pauline Réjou, auto-entrepreneur et créatrice du Studio Paulette nous raconte son expérience et partage ses conseils pour devenir une mompreneur !

Idée reçue : « Congé maternité et travail indépendant ne font pas bon ménage ».

L’une des craintes des auto-entrepreneures et freelance lorsqu’elles souhaitent avoir un enfant est la perte de revenu que cela risque d’engendrer. On a tendance à croire que congé maternité et travail indépendant ne font pas bon ménage. Mais « arrêt d’activité » ne signifie pas « arrêt des revenus ». En effet, que l’on soit auto-entrepreneure, freelance, ou salariée, le code du Travail précise que toute femme enceinte bénéficie d’un congé maternité qui débute six semaines avant la date estimée de la naissance de l’enfant et prend fin dix semaines après l’accouchement (article L 122-26).

Ainsi, les mompreneurs, ou femmes qui exercent une profession libérale on le droit à une indemnité journalière d’interruption d’activité.

Cette indemnité est possible à condition d’avoir interrompu son activité professionnelle pendant au moins 44 jours consécutifs dont 14 avant la date présumée d’accouchement. (Cet arrêt de travail peut également être prolongé par une ou deux périodes de 15 jours consécutifs et non-fractionnables).

D’un point de vue administratif, il faut remplir une déclaration sur l’honneur qui est délivrée dans le carnet de maternité et la remplir à chaque période.

Le montant de cette indemnité est de 2 262,92 € pour 44 jours d’arrêt, 3 034,37 € pour 59 jours d’arrêt et 3 805,82 € pour 74 jours d’arrêt.

Il existe également une allocation forfaitaire de repos maternel. Celle-ci fait partie du congé maternel et peut être demandée à la fin du 7ème mois de grossesse. Avantage : il est possible de continuer à travailler pendant cette période. Elle permet aux femmes enceintes de compenser une éventuelle diminution de leur activité pendant la fin de leur grossesse.

Cette allocation est ouverte à toutes et s’élève à 3218 euros.

Entre l’indemnité et l’allocation forfaitaire, les mompreneurs peuvent donc avoir des allocations maternité de 7042 euros, ce qui n’est pas négligeable ! Surtout que l’allocation forfaitaire autorise à travailler pendant la période de repos.

 

D’entrepreneure à « mompreneur » : le retour d’expérience de la fondatrice de Studio-Paulette.

Autre crainte des auto-entrepreneures et freelance : l’après bébé ! Comment réussir à mener son activité de travailleuse indépendante tout en s’occupant d’un nouveau-né ? Tout comme les salariées, il suffit souvent de faire preuve d’organisation ! Et ce statut peut aussi présenter ses avantages !

Pauline Réjou, auto-entrepreneure et fondatrice du Studio Paulette est devenue maman il y a peu. Elle a bien voulu partager son expérience avec nous et partage ses quelques conseils aux futures « mompreneur ».

Conseil N°1 : Mettre sa vie d’entrepreneur de côté quelques semaines afin de récupérer

En tant que jeune maman la fatigue s’accumule très vite, il est important de récupérer un peu afin d’être efficace lors de la reprise sans pour autant passer à côté des premiers instants si précieux de votre bébé ! Pour cela il faut avoir bouclé un maximum de choses avant le dernier mois de la grossesse : la comptabilité, les gros projets, et ne pas surcharger sa to-do list afin de ne pas culpabiliser !

Conseil N°2 : Prévenir ses clients

En général ils se réjouissent de l’heureux évenement et sont alors plus conciliants que si on leur cache l’arrivée d’un enfant. Ce qui importe est que l’on assure pendant cette période charnière pour ne pas abandonner les projets !
Mon petit loup est devenu la mascotte du studio. Mes clients prennent de ses nouvelles, et me demandent à quelle heure est la sieste pour caler les rendez-vous téléphoniques !
Il est important d’assumer d’être une Maman active sans faire passer le bien être de notre bébé après son boulot.

Conseil N°3 :  Travailler au maximum pendant les siestes…

…et accepter de travailler un peu le soir ! C’est un vrai atout du statut de Freelance ou auto-entrepreneur : on peut gérer et adapter son temps en fonction de ses obligations de maman.

Profitez donc de chaque moment où bébé dort pour vous avancer au maximum et/ou rattraper le temps qui vous a manqué durant la journée. En général, on devient très efficace lorsque l’on a conscience que chaque seconde compte. L’aide précieuse du Papa sera ici très appréciée (et nécessaire).

Conseil N°4 : Investir dans un babyphone vidéo

Si dans un premier temps, bébé fera gentiment ses siestes dans le salon près de vous, il dormira très vite dans sa chambre ! La vidéo vous permettra de savoir s’il se tourne seulement ou s’il se réveille vraiment ! Cet outil vous sera très pratique quand vous serez au téléphone ! Vous gagnerez du temps en n’étant pas obligée de vous arrêter au moindre bruit. Et vous pourrez tout de même garder un œil sur bébé et ainsi être plus sereine.

Conseil N°5 –  Prendre du temps pour soi

C’est essentiel si vous ne voulez pas exploser en vol ! Etre entrepreneure c’est déjà compliqué alors imaginez bien qu’être mompreneur l’est beaucoup plus ! C’est simple : vous aurez deux jobs à plein temps, deux bébés à gérer ! La fatigue cumulée se fait vite ressentir le temps que bébé fasse ses nuits. Il ne faut donc pas négliger les pauses de temps en temps et profiter des siestes aussi ! Votre corps vous dira merci et vous serez beaucoup plus productive si vous êtes reposée et moins stressée.

 

Merci Pauline pour ton témoignage et tes conseils ! Rendez-vous sur http://studio-paulette.com/ pour découvrir son travail.

L’arrivée d’un petit nouveau dans la famille est à la fois un grand bonheur mais aussi un vrai bouleversement dans la vie des dirigeants de TPE / PME. Pourtant on sous-estime souvent le nombre de possibilités qui s’offrent à l’ensemble des salariés et dirigeants, face à une naissance.


Enfin, Mesdames, sachez que pendant votre congé maternité, si votre contrat d’assurance n’est pas suspendu ou résilié, vos garanties continuent de s’appliquer ! Vous continuerez donc à être protégée même si vous cessez votre activité. Un point non négligeable pour profiter de ces instants avec bébé en toute sérénité ! Pour en savoir plus demandez conseil à votre assureur.

Noter l’article

Partager votre vote !


  • Fascinated
  • Happy
  • Sad
  • Angry
  • Bored
  • Afraid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + 7 =


-+

Parlez-nous de vous

Faites-nous part de vos commentaires sur le site ou partagez avec nous l’histoire de votre entreprise.