• Tous les conseils pour créer, développer et protéger votre activité, un Blog proposé par HISCOX

#MyBossIsaGirl : entretien avec Ma Coquetterie, la disruption intelligente du marché de la beauté

Partenaire de la 4ème édition de la Journée de la Femme digitale, Hiscox soutient le développement de la femme entrepreneure et dirigeante.

Pour vous faire patienter jusqu’au grand événement jeudi 10 mars, nous vous proposons une série d’interviews « My Boss Is a Girl », interviews de femmes entrepreneures qui se livrent à nous. Découvrez sans plus attendre le témoignage d’Iris et Diarraye, fondatrices du site www.macoquetterie.com. Jeunes et fraichement diplômées, elles ont décidé il y a un an et demi de se lancer dans ce pari fou qu’est l’entrepreneuriat.

Ma coquetterie

Ma Coquetterie, c’est le 1er réseau dédié à la mise en beauté à domicile, racontez–nous votre histoire ?

@Diarraye : A l’issu d’un voyage à Stockholm, nous nous sommes questionnées sur notre avenir post-master. Nous étions à la fin de notre cursus en commerce électronique. Nous n’envisagions pas d’être employées dans une entreprise compte tenu de nos ambitions et caractères. De plus, être jeune est assez avantageux : nous jouissons d’une certaine liberté pour nos futurs projets : pas d’enfant, pas de mari, pas de foyer à gérer ! Soit une belle occasion pour entreprendre ! C’est un peu parti sur un coup de tête. Bien sûr, on avait l’idée !

En parlant d’idée, comment est née le concept ?

@Iris : L’idée est née d’un besoin qu’on avait toutes les deux en tant que femme. Le fait d’avoir une prestation beauté de qualité dans les plus brefs délais sans avoir besoin de se déplacer. Tout cela avec un simple clic. En étudiant plus profondément l’idée et le marché, il y avait a aujourd’hui peu d’applications qui répondaient à ce besoin.

Est-ce que vous vous connaissiez bien avant de devenir associées ?

Ma coquetterie JFD16

@Iris : On s’est rencontrées à la fac de Créteil pendant notre master. D’une manière générale, on se rejoint sur beaucoup de choses :nous sommes fonceuses, bosseuses, assez impulsives et surtout très très ambitieuses ! Diarraye a un profil plus technique que moi. SEO, SEA, HTML… ça lui parle ! Moi, j’ai un profil orienté plus communication, e – reputation et brand strategy. Dans tous les cas, on se complète bien et c’est ce qui fait la différence !

Quelles sont vos stratégies évolution ? Vos objectifs ?

@Diarraye : Cela fait un an et demi que nous travaillons sur @Ma_Coquetterie. C’est une Développeuse qui s’est occupée de la création du site internet. Notre plateforme a été opérationnelle au bout de 4 mois. L’application n’est pas encore disponible, mais ça va arriver ! ! Nous avons une première version que nous devons encore tester et améliorer. Sinon, nous 100 prestataires en région parisienne et près de 800 comptes utilisateurs créés depuis juin 2015 ; mois de notre lancement officiel. Pour l’instant, nos services sont uniquement disponibles en Île-de-France. Nous souhaitons avoir une couverture nationale en s’étendant dans les grandes métropoles Françaises !

Avez-vous bénéficié d’accompagnement dans votre projet de création d’entreprise ?

@Diarraye : Nous avons eu la chance réseaux d’entrepreneurs parisiens notamment par le biais de réunions « After Work ». Il y a une belle et grande entraide dans ces réseau. Avoir ses bureaux dans un espace de coworking aide également. D’ailleurs, nombreux nous ont accompanés dans la gestion administrative. La finance n’était pas un domaine prioritaire au début mais qui se retrouve être lorsqu’on devient gestionnaire d’une entreprise.

Au niveau de l’investissement, c’ était plus compliqué. Globalement, la majorité des investisseurs étaient assez réticents. Ils voulaient des preuves des états financiers de la startup avant d’injecter une quelconque somme. Au final, nous avons utilisé nos propres capitaux et nous évoluons de notre côté pour l’instant.

Pourquoi avoir choisi la voie de l’entrepreneuriat plutôt que celle du salariat ?

@Iris : La recherche de challenge, l’envie de se challenger, de découvrir et de se découvrir en tant que personne. C’est une occasion d’en apprendre beaucoup sur soi. On voulait aussi se confronter à la vie d’une entrepreneure, en vrai. La crainte, c’est bien sûr l’ensemble des risques que cela incombe. L ‘échec fait peur ! Et ce, sans compter sur un certain nombre de conciliations avec nos vies personnelles.

Quelles sont vos principaux obstacles au vu de votre jeune âge ?

@Diarraye : Le gros plus gros obstacle, c’est les banques ! Se lancer dans un business ou le modèle économiquerepose uniquement sur un site internet n’est pas facile. Le risque est plus grand en cas d’imprévus. Par exemple, un magasin qui commercialise des produits aura toujours la possibilité de revendre ses stocks pour amortir sa perte. Et c’est sans compter notre jeune âge : deux jeunes femmes venant d’être diplômées ; je peux comprendre que cela soit difficile de nous accorder sa confiance.

Finalement, se lancer fraîchement diplômée, handicap ou réelle opportunité ?

@Iris : C’est une réelle opportunité ! Notre naïveté du début a beaucoup joué sur notre décision de lancement. Aujourd’hui, nous sommes plus que conscientes de la réalité et de la dureté des choses. Mais no regret ! C’est excitant et stimulant, bien que parfois épuisant.

La femme dans l’entreprenariat, vous en pensez quoi ?

@Diarraye : Il y a de plus en plus de réseaux de femmes entrepreneures qui se créent ! Cela nous donne le sourire et montre qu’il y a un regain de confiance chez les femmes. Il y a du changement, une envie de réussir, de prouver et de foncer qui apporte un dynamisme nouveau à l’entreprenariat au féminin. On a besoin d’avoir plus de figures féminines !

Ma coquetterie

Que pensez-vous de la thématique de cette nouvelle édition de la Journée de la femme digitale “Meet the future” ?

@Iris : C’est une thèmatique d’actualité ! Aborder cette dernière permet de sensibiliser les femmes à la tech. Ce n’est pas évident d’introduire un milieu rempli d’homme. C’est une belle initiative qui va encourager, on l’espère, plus de femmes à entreprendre.

Selon vous, qu’est-ce que les femmes dirigeantes/entrepreneures font mieux que les hommes ?

@Diarraye : Les femmes ont de très belles qualités humaines. Elles font souvent plus preuve d’empathie et instaurent des actions concrètes au sein de l’entreprise telles que les conditions de travail, par exemple, ou la parité. Ce sont des sujets importants qui impactent directement la productivité. Et elles sont toujours curieuses et prennent le temps de se poser les bonnes questions.

Merci Diarraye et Iris ! On espère vous rencontrer très prochainement à la Journée de La Femme Digitale. Comme vous, nous attendons de cette nouvelle édition de La Journée de la Femme Digitale d’autres témoignages, expériences de Femmes Entrepreneure dans la sphére internet et surtout nous souhaitons donner envie à d’autres femmes d’entreprendre, d’oser et surtout d’innover !

Noter l’article

Partager votre vote !


  • Fascinated
  • Happy
  • Sad
  • Angry
  • Bored
  • Afraid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + 8 =


-+

Parlez-nous de vous

Faites-nous part de vos commentaires sur le site ou partagez avec nous l’histoire de votre entreprise.